La place des émotions en coaching individuel - Conférence à Dauphine PSL du 11 mai 2022

Dernière mise à jour : 18 mai


Ce mercredi 11 mai 2022, j'ai eu à nouveau la très grande joie de présenter ce sujet aux futurs diplômés des 3 spécialités en coaching proposées par Dauphine PSL (Executive coaching, coaching d'équipe et coaching d'organisation). Je remercie Michaël PICHAT de sa confiance et les auditeurs de cette conférence pour leur écoute et leurs questions.


Il existe de nombreuses approches et théories concernant les émotions. Nous pouvons cependant distinguer trois courants majeurs pour les théories actuelles. Un premier courant est évolutionniste/biologique, issu de l'orientation naturaliste apportée par Charles DARWIN et dont les travaux ont été repris par Paul EKMAN (1970/1980). Ce courant postule du caractère inné et universel de certaines émotions. Un deuxième courant représente l'approche neuroscientifique développée par Antonio DAMASIO, notamment avec son livre "L'erreur de Descartes", par lequel il bouscule l'idée d'une primauté de la pensée sur les émotions, fortement ancrée dans nos sociétés par notre héritage de la pensée de Descartes et bien plus avant des stoïciens. Le troisième courant est l'approche cognitive des émotions avec la deuxième vague des TCC (1970/1980) et la troisième vague actuelle, la vague "émotionnelle", qui considère la relation entre comportements, émotions, cognitions et personnalité. De cette dernière vague découlent les approches de pleine conscience, la thérapie d'acceptation et d'engagement, notamment.


Il est essentiel de savoir penser son approche et son rapport aux émotions en coaching.


Si l'émotion émerge spontanément, suis-je prêt(e) à accompagner la personne, avec justesse, dans ce moment émotionnel ? Saurais-je être présent(e) pour elle ? Saurais-je, si cela est pertinent, me saisir de l'émergence de cette émotion pour lui donner sens dans le cadre du projet de coaching établi ?


Et si je travaille à faire émerger des émotions, quelle est mon intention ? Quel est le but que je poursuis ? Car faire émerger des émotions ne doit pas être pris comme finalité ! Faire vivre un moment chargé émotionnellement n'a pas d'intérêt en soi ! Ce qui compte est le mouvement potentiel qui pourra faire suite à l'émotion. Le travail du coach est à cet endroit. Il doit accompagner la personne à donner un sens, une orientation, un "en suite" à cette expérience émotionnelle. C'est l'un des vecteurs pour progresser vers la transformation recherchée.


Les émotions sont précieuses. Elles ont une fonction d'adaptation et d'orientation. Elles nous donnent des indications sur nos besoins, nos buts, nos valeurs. Et, pour un sujet cher en coaching, les émotions prennent part dans nos décisions.


Antonio DAMASIO (2010) postule qu'un raisonnement n'est jamais exempt d'affects. Daniel KAHNEMAN (2011) montre combien l'émotion prend place au cœur de nos choix et de nos jugements intuitifs. Il montre comment notre humeur peut nous desservir dans nos prises de décisions, et aussi, comment un raisonnement dépourvu d'affects est tout aussi susceptible de nous tromper.


A l'heure où les compétences subjectives sont valorisées dans les entreprises, la note est donnée à la "promotion" de la gestion des émotions.


Si l'intelligence émotionnelle nous invite, entre autres, à réguler nos émotions, ce que nous pouvons concevoir dans l'optique de maintenir des échanges suffisamment respectueux, la gestion émotionnelle parfois "prescrite" par l'environnement professionnel, ne devrait pas conduire le coach à œuvrer pour cette injonction, quelquefois répercutée comme exigence de la part de la personne coachée elle-même. Le coach doit composer dans l'intervalle d'une régulation émotionnelle nécessaire dans l'interaction interindividuelle et protectrice pour la personne, et la reconnaissance des émotions présentes, comme vecteur personnel d'information et de changement.


"Les émotions ne sont pas un luxe, mais un auxiliaire complexe

dans la lutte pour l'existence."

Damasio (1999) - Le sentiment même de soi, Corps, émotions, conscience.


Damasio, A. R. (2010). L'erreur de Descartes.

Kahneman, D. (2012). Système 1 /Système 2 : Les deux vitesses de la pensée.

45 vues0 commentaire